Radio-oncologie

Radio-oncologie

La Société suisse de radio-oncologie recommande de ne pas pratiquer les interventions suivantes en radio-oncologie:

1) Ne pas démarrer de radiothérapie du sein entier dans le cadre d’un traitement conservateur du sein chez les femmes de 50 ans et plus à un stade précoce de cancer du sein invasif, sans prendre en compte des programmes de traitement plus courts.

 

• La radiothérapie du sein entier diminue la récurrence locale et améliore le pronostic de survie des femmes atteintes de cancer du sein invasif et ayant bénéficié d’un traitement conservateur du sein. La plupart des études ont utilisé des programmes «conventionnellement fractionnés» comportant une thérapie de cinq à six semaines, souvent suivie d’une irradiation additionnelle (boost) d’une à deux semaines.
• Des études récentes ont néanmoins démontré un contrôle de la tumeur et un résultat cosmétique équivalents parmi des populations spécifiques de patientes ayant subi des traitements plus courts (environ quatre semaines). Il appartient aux patientes et à leurs médecins de passer en revue de telles options pour déterminer le traitement le plus adapté.

 

Références:
Clarke M, Collins R, Darby S, Davies C, Elphinstone P, Evans E, Godwin J, Gray R, Hicks C, James S, MacKinnon E, McGale P, McHugh T, Peto R, Taylor C, Wang Y; Early Breast Cancer Trialists’ Collaborative Group (EBCTCG). Effects of radiotherapy and of differences in the extent of surgery for early breast cancer on local recurrence and 15-year survival: an overview of the randomised trials. Lancet. 2005 Dec 17;366(9503):2087–2106.
Smith BD, Bentzen SM, Correa CR, Hahn CA, Hardenbergh PH, Ibbott GS, McCormick B, McQueen JR, Pierce LJ, Powell SN, Recht A, Taghian AG, Vicini FA, White JR, Haff ty BG. Fractionation forwhole breast irradiation: an American Society for Radiation Oncology (ASTRO) evidence-based guideline. Int J Radiation Oncology Biol Phys. 2011 Sep 1;81(1):59–68.
Early Breast Cancer Trialists’ Collaborative Group (EBCTCG), Darby S, McGale P, Correa C, Taylor C, Arriagada R, Clarke M, Cutter D, Davies C, Ewertz M, Godwin J, Gray R, Pierce L, Whelan T, Wang Y, Peto R. Effect of radiotherapy after breast-conserving surgery on 10-year recurrence and 15-year breast cancer death: meta-analysis of individual patient data for 10,801 women in 17 randomised trials. Lancet. 2011 Nov 12;378(9804):1707–16.
Haviland JS, Owen JR, Dewar JA, Agrawal RK, Barrett J, Barrett-Lee PJ, Dobbs HJ, Hopwood P, Lawton PA, Magee BJ, Mills J, Simmons S, Sydenham MA, Venables K, Bliss JM, Yarnold JR;START Trialists’ Group.The UK Standardisation of Breast Radiotherapy (START) trials of radiotherapy hypofractionation for treatment of early breast cancer: 10-year follow-up results of two randomised controlled trials. Lancet Oncol. 2013 Oct;14(11):1086-94.

2) Ne pas commencer la prise en charge de cancer de la prostate à faible risque sans avoir envisagé une surveillance active.

 

• Les patients atteints d’un cancer de la prostate disposent de plusieurs options raisonnables de prise en charge. Celles-ci comprennent la chirurgie et la radiothérapie, mais aussi la surveillance conservatrice sans traitement lorsque le cas du patient s’y prête.
• Le partage de la prise de décision entre le patient et son médecin peut permettre de mieux faire correspondre le projet de soins du patient et le traitement, et de garantir davantage d’efficacité dans la dispense des soins.
• L’ASTRO a publié des documents d’aide à la décision destinés aux patients concernant le cancer de la prostate et de nombreux autres types de cancers. Ces types d’instruments peuvent aider les patients à faire leurs choix avec davantage d’assurance pour être en meilleure adéquation avec leur traitement.

 

Références:

Dahabreh IJ, Chung M, Balk EM, Yu WW, Mathew P, Lau J, Ip S. Active surveillance in men with localized prostate cancer: a systematic review. Ann Intern Med. 2012 Apr 17;156(8):582–90.
Wilt TJ, Brawer MK, Jones KM, Barry MJ, Aronson WJ, Fox S, Gingrich JR, Wei JT, Gilhooly P, Grob BM, Nsouli I, Iyer P, Cartagena R, Snider G, Roehrborn C, Sharifi R, Blank W, Pandya P, Andriole GL, Culkin D, Wheeler T; Prostate Cancer Intervention versus Observation Trial (PIVOT) Study Group. Radical prostatectomy versus observation for localized prostate cancer. N Engl J Med. 2012 Jul 19;367(3):203–13.
Bill-Axelson A, Holmberg L, Ruutu M, Garmo H, Stark JR, Busch C, Nordling S, Häggman M, Andersson SO, Bratell S, Spångberg A, Palmgren J, Steineck G, Adami HO, Johansson JE; SPCG-4 Investigators. Radical prostatectomy versus watchful waiting in early prostate cancer. N Engl J Med. 2011 May 5;364(18):1708–17.
Thompson I, Thrasher JB, Aus G, Burnett AL, Canby-Hagino ED, Cookson MS, D’Amico AV, Dmochowski RR, Eton DT, Forman JD, Goldenberg SL, Hernandez J, Higano CS, Kraus SR, Moul JW, Tangen CM; AUA Prostate Cancer Clinical Guideline Update Panel. Guideline for the management of clinically localized prostate cancer: 2007 update. J Urol. 2007 Jun;177(6):2352–6.
Klotz L, Zhang L, Lam A, Nam R, Mamedov A, Loblaw A. Clinical results of long-term follow-up of a large, active surveillance cohort with localized prostate cancer. J Clin Oncol. 2010 Jan 1;28(1):126–31.
Stacey D, Bennett CL, Barry MJ, Col NF, Eden KB, Holmes-Rovner M, Llewellyn-Thomas H, Lyddiatt A, Légaré F, Thomson R. Decision aids for people facing health treatment or screening decisions. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Oct 5;10:CD001431.

3) Ne pas utiliser systématiquement des programmes de fractionnement prolongés (plus de dix séances) dans le traitement palliatif des métastases osseuses.

 

• Les études suggèrent un soulagement de la douleur équivalent après 30 Gy administrés sur dix séances, 20 Gy sur cinq séances, ou 8 Gy en une séance unique.
• Une séance unique est moins contraignante mais peut impliquer un taux plus élevé de retraitement sur la même zone.
• Une séance unique de 8 Gy doit être envisagée en priorité pour les patients au pronostic de survie limité ou ayant des difficultés de transport.

 

Références:

Lutz S, Berk L, Chang E, Chow E, Hahn C, Hoskin P, Howell D, Konski A, Kachnic L, Lo S, Sahgal A, Silverman L, von Gunten C, Mendel E, Vassil A, Bruner DW, Hartsel l W; American Society forRadiation Oncology (ASTRO). Palliative radiotherapy for bone metastases: an ASTRO evidence-based guideline. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2011 Mar 15;79(5):965–76.
Expert Panel On Radiation Oncology-Bone Metastases, Lutz ST, Lo SS, Chang EL, Galanopoulos N, Howell DD, Kim EY, Konski AA, Pandit-Taskar ND, Ryu S, Silverman LN, Van Poznak C, Weber KL. ACR Appropriateness Criteria® non-spine bone metastases. J Palliat Med. 2012 May;15(5):521–26.
Chow E, Zheng L, Salvo N, Dennis K, Tsao M, Lutz S. Update on the systematic review of palliative radiotherapy trials for bone metastases. Clin Oncol (R Coll Radiol). 2012 Mar;24(2):112–24.

4) Ne pas conseiller de radiothérapie à la suite d’une hystérectomie pour les patientes atteintes de cancer de l’endomètre à faible risque.

 

• Les patientes atteintes de cancer de l’endomètre à faible risque (y compris celles ne présentant plus de cellules malades à l’issue d’une hystérectomie, malgré une biopsie positive), présentant une extension tumorale de grade 1 ou 2, une invasion myométriale inférieure à 50% et sans caractéristiques supplémentaires à haut risque telles que l’âge (plus de 60 ans), une invasion de l’espace lymphovasculaire ou une implication cervicale, présentent un risque de récurrence très faible à l’issue de l’intervention chirurgicale.• Les études de méta-analyse de la radiothérapie pour le cancer de l’endomètre à faible risque témoignent d’effets secondaires accrus sans amélioration du pronostic de survie global par rapport à la chirurgie seule.

 

Références:

Diavolitsis V, Rademaker A, Lurain J, Hoekstra A, Strauss J, Small W Jr. Clinical outcomes in international federation of gynecology and obstetrics stage IA endometrial cancer with myometrial invasion treated with or without postoperative vaginal brachytherapy. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2012Oct 1;84(2):415–9.
Johnson N, Cornes P. Survival and recurrent disease after postoperative radiotherapy for early endometrial cancer: systematic review and meta-analysis. BJOG. 2007 Nov;114(11):1313–20.
Kong A, Johnson N, Kitchener HC, Lawrie TA. Adjuvant radiotherapy for stage I endometrial cancer: an updated Cochrane systematic review and meta-analysis. J Natl Cancer Inst. 2012 Nov 7;104(21):1625–34.
Creutzberg CL, Nout RA. The role of radiotherapy in endometrial cancer: current evidence and trends. Curr Oncol Rep. 2011 Dec;13(6):472–8.
Klopp A, Smith BD, Alektiar K, Cabrera A, Damato AL, et al. The role of postoperative radiation therapy for endometrial cancer: executive summary of an American Society for Radiation Oncologyevidence-based guideline. Pract Radiat Oncol. 2014 May-Jun;4(3):137–44.

5) Ne pas ajouter systématiquement de radiothérapie cérébrale totale à la radiochirurgie stéréotaxique pour des métastases cérébrales limitées.

 

• Des études randomisées n’ont pas montré d’avantage en termes de pronostic de survie global du fait de l’adjonction d’une radiothérapie cérébrale totale à la radiochirurgie stéréotaxique (RCS) dans la prise en charge de patients sélectionnés présentant un bon état physique et des métastases cérébrales de tumeurs solides.
• L’adjonction de la radiothérapie cérébrale complète à la radiochirurgie stéréotaxique entraîne une diminution des fonctions cognitives et, selon les patients, une aggravation de la fatigue et de la qualité de vie. Ces résultats corroborent les fonctions cognitives détériorées et les compétences verbales diminuées dont les patients font état dans les études randomisées d’irradiation crânienne prophylactique pour le cancer du poumon à petites cellules ou non à petites cellules.
• Les patients traités par radiochirurgie pour des métastases cérébrales peuvent développer des métastases dans d’autres régions du cerveau. Une surveillance attentive et l’usage judicieux d’un traitement de rattrapage en cas de récidive cérébrale permettent aux patients concernés de profiter d’une excellente qualité de vie sans détérioration du pronostic de survie global. Il appartient aux patients de discuter de ces options avec leur radio-oncologue.

 

Références:

Soffietti R, Kocher M, Abacioqlu UM, Villa S, Fauchon F, Baumert BG, Fariselli L, Tzuk-Shina T, Kortmann, RD, Carrie C, Ben Hassel M, Kouri M, Valeinis E, van den Berge D, Mueller RP, Tridello G, Collette L, Bottomley A. A European organisation for research and treatment of cancer phase III trial of adjuvant whole-brain radiotherapy versus observation in patients with one to three brain metastases from solid tumors after surgical resection or radiosurgery: quality-of-life results. J Clin Oncol. 2013 Jan 1;31(1):65–72.
Chang EL, Wefel JS, Hess KR, Allen PK, Lang FF, Kornguth DG, Arbuckle RB, Swint JM, Shiu AS, Maor MH, Meyers CA. Neurocognition in patients with brain metastases treated with radiosurgeryor radiosurgery plus whole-brain irradiation: a randomized controlled trial. Lancet. 2009 Nov;10(11):1036–44.
Aoyama H, Shirato H, Tago M, Nakagawa K, Toyoda T, Hatano K, Kenjyo M, Oya N, Hirota S, Shioura H, Kunieda E, Inomata T, Hayakawa K, Katoh N, Kobashi G. Stereotecti c radiosurgery pluswhole-brain radiation therapy vs stereotactic radiosurgery alone for treatment of brain metastases: a randomized controlled trial. JAMA. 2006 Dec 7;295(21):2483–91.
Kocher M, Soffietti R, Abacioglu U, Villà S, Fauchon F, Baumert BG, Fariselli L, Tzuk-Shina T, Kortmann RD, Carrie C, Ben Hassel M, Kouri M, Valeinis E, van den Berge D, Collette S, Collette L,Mueller RP. Adjuvant whole-brain radiotherapy versus observation after radiosurgery or surgical resection of one to three cerebal mestastases: results of the EORTC 22952–26001 study. J Clin Oncol. 2011 Jan 10;29(2):134–41.
Gondi V, Paulus R, Bruner DW, Meyers CA, Gore EM, Wolfson A, Werner-Wasik M, Sun AY, Choy H, Movsas B. Decline in tested and self-reported cognitive functioning after prophylactic cranial irradiation for lung cancer: pooled secondary analysis of R adiation Therapy Oncology Group randomized trials 0212 and 0214 . Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2013 Jul 15;86(4):656–64.

Société Suisse de Radio-Oncologie (SSRO)
www.sro-ssro.ch

Genèse de la présente liste

 

Après l’adhésion de l’American Society for Radiation Oncology (ASTRO) à la campagne Choosing Wisely, une enquête a été réalisée auprès des comités Health Policy, Government Relations et Clinical Affairs and Quality de l’ASTRO, afin d’identifier les éléments potentiels à inclure dans la liste. Par ailleurs, un groupe de travail composé de médecins exerçant dans ces domaines a été instauré et convoqué. Ses membres ont été priés de définir leurs préférences parmi les thèmes proposés dans l’enquête initiale. En janvier 2014, l’ASTRO a constitué un groupe de travail chargé d’élaborer une seconde liste Choosing Wisely; celui-ci comprend également des représentants des comités Health Policy, Government  Relations et Clinical Affairs and Quality. Dans un premier temps, le groupe de travail a raccourci la liste des propositions. Une enquête électronique anonyme a ensuite été envoyée aux membres de l’ASTRO pour évaluer la valeur et la pertinence de chacun des éléments. Le conseil d’administration de l’ASTRO s’est chargé de la sélection définitive des éléments à soumettre.

 

La Société suisse de radio-oncologie s’est appuyée sur la liste «Choosing Wisley» publiée par l’American Society for Radiation Oncology et a jugé une sélection de recommandationsapplicable et pertinente pour la Suisse.