Liste Top 5>Pédiatrie

Pédiatrie

La Société Suisse de la Pédiatrie encourage à bien appliquer les recommandations suivantes:

1) Ne pas utiliser de solutés intraveineux chez des enfants présentant une déshydratation légère à modérée avant d’avoir débuté par une réhydratation orale bien conduite


La réhydratation par voie entérale (orale ou par sonde nasogastrique) avec une solution de réhydratation orale (SRO) est aussi efficace que la réhydratation par voie intraveineuse et est associée à moins d'effets indésirables. Dans de nombreux pays développés, l'utilisation de jus de pomme dilué et des liquides préférés (par exemple le lait maternel) peut constituer une alternative appropriée à la SRO chez les enfants souffrant de déshydratation légère. La pose d’une voie veineuse est par ailleurs souvent difficile chez les enfants déshydratés, ce qui retarde encore sa réhydratation.
Le risque d'échec de la thérapie de réhydratation entérale chez les enfants souffrant de diarrhée et de vomissements est de 5 % dans les revues systématiques et encore inférieur chez les patients souffrant de diarrhée seule.


Références:

Colletti J, Brown KM, Sharieff GQ, Barata IA, Ishimine P. The management of children with gastroenteritis and dehydration in the emergency department. J Emerg Med 2010; 38(5): 686-698.

Lo Vecchio A, Dias JA, Berkley JA, Boey C, Cohen MB, Cruchet S, et al. Comparison of recommendations in clinical practice guidelines for acute gastroenteritis in children. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2016; 63(2): 226-235.
Guarino A, Lo Vecchio A, Dias JA, Berkley JA, Boey C, Bruzzese D, et al. Universal recommendations for the management of acute diarrhea in nonmalnourished children. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2018; 67(5): 586-593.
Guarino A, Ashkenazi S, Gendrel D, Lo Vecchio A, Shamir R, Szajewska H. ESPGHN/ESPID Evidence-based guidelines for the management of acute gastroenteritis in children in Europe: Update 2014. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2014; 59(1): 132-152.
Freedman SB, Willan AR, Boutis K, Schuh S. Effect of dilute apple juice and preferred fluids vs electrolyte maintenance solution on treatment failure among children with mild gastroenteritis: a randomized clinical trial. JAMA 2016; 315 (18): 1966-1974.

2) Ne pas traiter d’emblée les otites moyennes aiguës par des antibiotiques

 

Évitez l'utilisation systématique d'antibiotiques en cas d'otite moyenne aiguë non compliquée chez les enfants de plus de 6 mois, car celle-ci résulte d'une infection virale des voies respiratoires supérieures. Une réévaluation clinique à 24-48 heures après prescription d’un traitement antalgique est recommandée. Une amélioration spontanée des symptômes se produit dans la plupart des cas. L'utilisation d'antibiotiques favorise le développement de résistances bactériennes, peut provoquer des effets indésirables sans empêcher la survenue des rares complications graves.

 

Référence:

Suzuki HG, Dewez JE, Nijman RG, Yeung S. Clinical practice guidelines for acute otitis media in children: a systematic review and appraisal of European national guidelines. BMJ Open 2020; 10(5): e035343.
Pelton SI. Otoscopy for the diagnosis of otitis media. Pediatr Infect Dis J 1998;17(6):540-543; discussion 580.
PIGS Empfehlung zur Diagnose und Behandlung von Otitis media, Sinusitis, Pharyngitis und Pneumonie. 2010. www.pigs.ch (access 09.02.2021).
Venekamp RP, Sanders SL, Glasziou PP, Del Mar CB, Rovers MM. Antibiotics for acute otitis media in children. Cochrane Database Syst Rev 2015(6):CD000219.
Lieberthal AS, Carroll AE, Chonmaitree T, Ganiats TG, Hoberman A, Jackson MA, et al. The diagnosis and management of acute otitis media. Pediatrics 2013;131(3):e964-999.

3) Ne pas utiliser des médicaments contre la toux chez les enfants

 

La toux est généralement un mécanisme de défense normal de l'organisme. Les recherches montrent que les médicaments antitussifs prescrits lors d’infections virales des voies aériennes, qu'ils soient à base de produits chimiques ou de plantes, ne sont pas efficaces et peuvent avoir des effets indésirables potentiellement graves. De nombreux produits contiennent plus d'un principe actif, ce qui augmente le risque d'intoxication accidentelle, en particulier lorsqu'ils sont combinés à d'autres médicaments.

 

Référence:

Smith SM, Schroeder K, Fahey T. Over‐the‐counter (OTC) medications for acute cough in children and adults in community settings. Cochrane Database Syst Rev 2014(11): CD001831.
Gardiner SJ, Chang AB, Marchant JM, Petsky HL. Codeine versus placebo for chronic cough in children. Cochrane Database Syst Rev 2016;7(7):CD011914.
Noor A, Fiorito T, Krilov LR. Cold weather viruses. Pediatr Rev 2019; 40(10): 497-507.
Schaeffer MK, Shehab N, Cohen AL, Budnitz DS. Adverse events from cough and cold medication in children. Pediatrics 2008;121(4):783–787.

4) Ne pas utiliser systématiquement de glucocorticoïdes ou de bronchodilatateurs chez les nourrissons atteints de bronchiolite

 

Les recherches actuelles ne montrent aucun impact cliniquement pertinent et durable des glucocorticoïdes systémiques ou inhalés sur les admissions ou la durée d'hospitalisation des nourrissons atteints de bronchiolite.
L’évidence scientifique montre que les bronchodilatateurs comme le salbutamol n'améliorent pas la saturation en oxygène, ne réduisent pas les admissions à l'hôpital ou ne raccourcissent pas la durée d'hospitalisation et le délai de résolution de symptômes chez les nourrissons atteints de bronchiolite. Le salbutamol est associé à des effets indésirables tels que tachycardie, désaturation en oxygène et tremblements.
 

Références:

Barben J, Regamey N, Hammer J. Akute Bronchiolitis - ein Update. Swiss Med Forum 2020;20(09-10):155-159.

Cai Z, Lin Y, Liang J. Efficacy of salbutamol in the treatment of infants with bronchiolitis: A meta-analysis of 13 studies. Medicine (Baltimore) 2020;99(4):e18657.

Gadomski AM, Scribani MB. Bronchodilators for bronchiolitis. Cochrane Database Syst Rev 2014(6):CD001266.

Hartling L, Fernandes RM, Bialy L, Milne A, Johnson D, Plint A, et al. Steroids and bronchodilators for acute bronchiolitis in the first two years of life: systematic review and meta-analysis. BMJ 2011;342:d1714.

Fernandes RM, Bialy LM, Vandermeer B, Tjosvold L, Plint AC, Patel H, et al. Glucocorticoids for acute viral bronchiolitis in infants and young children. Cochrane Database Syst Rev 2013(6):CD004878.

5) Ne pas utiliser d’emblée un inhibiteur de la sécrétion acide pour le traitement du reflux gastro-œsophagien chez les nourrissons

 

Les médicaments qui réduisent l’acidité dans l’estomac n’améliorent ni les pleurs ni les régurgitations des bébés. Ces symptômes si fréquents en pédiatrie disparaissent habituellement par eux-mêmes à mesure que l’enfant grandit. Face à un processus physiologique des médicaments suppresseurs d'acide ne sont pas nécessaires. L'utilisation inappropriée des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ou des antagonistes des récepteurs H2 peut entraîner des effets indésirables, tels que des infections des voies respiratoires inférieures, des modifications du microbiote intestinal, un retard de la vidange gastrique; elle est également associée à une minéralisation osseuse réduite.
Les rares nourrissons atteints de reflux gastro-œsophagien (GERD) symptomatiques (retard de croissance, infections respiratoires récidivantes, saignements, etc.) nécessitent une évaluation rigoureuse. Un traitement d’épreuve par IPP n’est pas recommandé.
 

Référence:

Rosen R, Vandenplas Y, Singendonk M, Cabana M, DiLorenzo C, Gottrand F, et al. Pediatric gastroesophageal reflux clinical practice guidelines: Joint recommendations of the North American Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition (NASPGHAN) and the European Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition (ESPGHAN). J Pediatr Gastroenterol Nutr 2018; 66(3): 516-554.
Tighe M, Afzal NA, Bevan A, Hayen A, Munro A, Beattie RM, et al. Pharmacological treatment of children with gastro-oesophageal reflux. Cochrane Database Syst Rev 2014;(11): CD008550.
De Bruyne P, Ito S. Toxicity of long-term use of proton pump inhibitors in children. Arch Dis Child 2018; 103(1):78-82.
Poddar U. Gastroesophageal reflux disease (GERD) in children. Paediatr Int Child Health 2019; 39(1):7-12.
Rybak A, Pesce M, Thapar N, Borrelli O. Gastro-esophageal reflux in children. Int J Mol Sci 2017; 18(8):1671.
Mousa H, Hassan M. Gastroesophageal reflux disease. Pediatr Clin North Am 2017; 64(3): 487-505.
Levy EI, Salvatore S, Vandenplas Y, de Winter JP. Prescription of acid inhibitors in infants: an addiction hard to break. Eur J Pediatr 2020;179(12):1957–1961.

 

pédiatrie suisse

www.paediatrieschweiz.ch

 

 

Genèse de la présente liste

 

Le groupe de travail (GdT) Choosing wisely (CW) de pédiatrie suisse (Société Suisse de Pédiatrie) a été fondé en novembre 2018 et se compose de représentants de la médecine pédiatrique en cadre hospitalier et en ambulatoire. Dans un premier temps, le GdT a collecté, évalué, rédigé et complété les listes CW pédiatriques déjà disponibles dans d’autres pays, puis une première liste de 65 items a été établie. Le niveau de preuve de ces items a été étudié, tout comme leur applicabilité ou encore leur pertinence en Suisse.

Ensuite, un premier sondage Delphi organisé par SurveyMonkey s’est intéressé à leur fréquence, leur pertinence et leur applicabilité au sein du GdT et plus largement auprès des représentants d’une grande diversité de groupes d’intérêt et de spécialistes en pédiatrie. Une échelle de Likert à sept points a été employée pour les trois questions, avec en complément la possibilité d’ajouter de nouveaux items. Une analyse statistique de la liste a été menée sur la base des réponses et son contenu a été réajusté en fonction des fréquences (valeur moyenne, écart-type, écart interquartile, médiane), donnant lieu à une deuxième liste de 42 items.

Un deuxième sondage Delphi a ensuite été adressé aux membres de pédiatrie suisse (membres ordinaires, membres assistants), les invitant à donner leur opinion sur la pertinence des différents items à l’aide de l’échelle de Likert à 7 points. L’objectif était dès le début de s’appuyer aussi largement que possible sur les pédiatres pour le développement de la liste CW. Il était également demandé si la formulation était claire et compréhensible. Un commentaire pouvait être formulé pour chaque item. Après l’évaluation statistique des réponses et des commentaires, une troisième liste de 19 items a été établie.

Pour parvenir enfin à la Liste Top 5 finale, le GdT a sélectionné quatre items de la troisième liste et un item de la deuxième liste, ce dernier présentant une grande importance pratique pour le GdT et une très bonne adéquation avec la campagne CW. Les aspects relatifs à la mise en œuvre et au contrôle des mesures ont également été pris en compte dans la compilation de la Liste Top 5. Cette première Liste Top 5 de pédiatrie en Suisse porte à la fois sur la pédiatrie hospitalière et en cabinet et aborde avant tout les aspects thérapeutiques selon une approche « do not harm ».

La liste finalisée a été contrôlée par le comité de pédiatrie suisse. Suite à plusieurs échanges et aux commentaires du comité, le GdT a procédé à une réévaluation de l’item portant sur la bronchiolite et a remplacé à l’unanimité l’item « Diagnostic de bronchiolite », qui avait à l’origine était adopté de peu, par l’item « Traitement de la bronchiolite ». La Liste Top 5 désormais finalisée contient des recommandations dont la mise en pratique doit être étudiée au cas par cas.