Dermatologie et vénéréologie

Dermatologie und Vénérologie

La Société Suisse de Dermatologie et de Vénérologie formule les cinq recommendations suivantes :

1) N’effectuer un traitement antifongique systémique en cas de mycoses des ongles suspectées que si un champignon est détecté.

L’onychomycose est généralement causée par des dermatophytes (souvent Trichophyton rubrum et Trichophyton interdigital). Ceux-ci sont généralement sensibles aux traitements standard avec les dérivés azole et la terbinafine, mais des résistances à la terbinafine ont déjà été décrites. En outre, les mycoses des ongles peuvent également être causées par des non dermatophytes tels que la levure (Candida spp.) et les moisissures (par exemple Fusarium spp. et Aspergillus spp.).
Alors que les mycoses à levures ne répondent qu’aux dérivés azole, les moisissures ne sont pas accessibles aux traitements antimycotiques systémiques standard. Enfin, de nombreuses autres causes (par exemple le psoriasis, le lichen plan, l’insuffisance vasculaire, les irritations mécaniques et chimiques, etc.) peuvent conduire à des ongles dystrophiques. Afin de réduire les thérapies inutiles et le risque d’effets secondaires liés aux médicaments, le diagnostic fongique doit donc être confirmé microbiologiquement avant une thérapie antimycosique.

 

Sources:

Ameen M et al: British Association of Dermatologists' guidelines for the management of onychomycosis 2014. Br J Dermatol. 2014; Hasche EG et al: Onychomykose: Konzepte für die Praxis. Hautarzt 2018;69:718-725; 171:937-958; Monod M et al: Recent Findings in Onychomycosis and Their Application for Appropriate Treatment. J. Fungi 2019;5.

2) Traiter les dermatoses inflammatoires avec des corticostéroïdes topiques plutôt que systémiques.

En principe, l’application à court terme de corticostéroïdes systémiques peut soulager les symptômes graves, mais après leur interruption, une récurrence rapide ou même une aggravation (appelée effet de rebond) menace souvent. Le traitement à long terme par des corticostéroïdes systémiques peut,
dans certaines circonstances, provoquer de graves effets secondaires à court et à long terme. Les exceptions à cette règle de préférer un traitment topique peuvent être des réactions graves, médicamenteuses et anaphylactiques, ainsi que des dermatoses généralisées ou résistantes aux traitements.

 

Sources:

Sidbury R et al: Guidelines of care for the management of atopic dermatitis: section 3. Management and treatment with phototherapy and systemic agents. JAAD 2014;327-349; Kolios AG et al: Swiss S1 Guidelines on the Systemic Treatment of Psoriasis Vulgaris. Dermatology 2016;232:385–406; Ständer S et al: S2k-Leitlinie zur Diagnostik und Therapie des chronischen Pruritus 05/16; Manousaridis I et al: Individualizing treatment and choice of medication in lichen planus: a step by step approach. J Dtsch Dermatol Ges. 2013;11:981-991; Brockow K: Arzneimittelreaktionen vom Soforttyp. Haut-arzt 2014;656:409-414; Ziemer M: Kutane Arzneimittelreaktionen vom Spättyp. Hautarzt 2014;65:397-408; Kuhn A et al: S2k guideline for treatment of cutaneous lupus erythematosus – guided by the European Dermatology Forum (EDF) in coop-eration with the European Academy of Dermatology and Venereology (EADV). J Eur Acad Dermatol Venereol. 2017;31:389–404; Feliciani C et al: Management of bullous pemphigoid: the European Dermatology Forum consensus in collaboration with the European Academy of Dermatology and Venereology. Br J Dermatol. 2015;172:867-877.

3) Éviter les tests sérologiques pour le diagnostic des infections cutanées par le virus de l’herpès simplex.

Les réactions sérologiques positives sont généralement l’expression d’une infection chronique, ce qui est le cas dans une grande partie de la population. Toutefois, dans le cas d’une infection primaire aiguë, le titre d’anticorps peut encore être faussement négatif. Dans le cas de récidives locales, ni les
anticorps IgM ni les augmentations significatives des anticorps IgG ne sont généralement détectables.

 

Source:

Gross G: Herpes-simplex-Virusinfektionen. Hautarzt 2004;55:818-830.

4) Ne pas interrompre l’anticoagulation dans les procédures dermatochirurgicales.

Le risque d’hémorragie est généralement faible lors d’une chirurgie de la peau, y compris une simple plastie de lambeau, et aucun saignement mettant la vie en danger n’a été signalé. Le risque de complications thromboemboliques et thrombotiques après l’arrêt ou le changement des inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire et des anticoagulants doit donc généralement être plus important que le risque chirurgical lié à une hémorragie. Les données scientifiques disponibles soutiennent cette approche, en particulier dans le cas d’une monothérapie avec des anticoagulants ou des inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire. Pour les thérapies combinées associées à un risque accru de saignement (par exemple l’AAS et le clopidogrel) et pour les nouveaux anticoagulants oraux (inhibiteurs du facteur Xa), qui ont été moins bien étudiés à cet égard, une procédure individuelle et adaptée au risque en consultation avec des spécialistes de la coagulation est nécessaire. Il convient
de mentionner que la technique antérieure de «pontage» de l’anticoagulation orale à l’héparine augmente en fait le risque de saignement. Les faits scientifiques montrent donc que dans la plupart des situations, l’anticoagulation ne doit pas être interrompue pour une intervention de chirurgie cutanée. Dans des cas exceptionnels («chirurgie majeure»), une approche individualisée est nécessaire.

 

Sources:

Palamaras I et al: Perioperative management of and recommendations for antithrombotic medications in dermatological surgery. Br J Dermatol 2015;172:597-605; Callahan S et al: The management of antithrombotic medication in skin sur-gery. Dermatol Surg 2012;38:1417-1426; Siegal D et al: Periprocedural heparin bridging in patients receiving vitamin K antagonists: systematic review an meta-analysis of bleeding and thromboembolic rates. Circulation 2012;126:1630-1639; Koenen W et al: Prospective multicentre cohort study on 9154 surgical procedures to assess the risk of postoperative bleeding - a DESSI study. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2017;31:724-731.

5) Renoncer à la prophylaxie antibiotique périopératoire pour les opérations de la peau sans facteurs de risque supplémentaires.

Le risque d’infection des plaies lors d’interventions dermatologiques est généralement faible. La prophylaxie antibiotique périopératoire doit être évaluée, en particulier pour les plaies contaminées ou infectées et pour certains facteurs de risque. Dans la plastie de lambeaux à certains endroits tels que la moitié inférieure du nez, les lèvres, l’oreille, l’aine, la partie inférieure de la jambe et le pied, la prophylaxie antibiotique réduit le risque d’infection des plaies chirurgicales. Cela s’applique également aux procédures en deux étapes et aux lésions ulcéreuses ou croûteuses. La prophylaxie antibiotique est également recommandée en cas d’immunosuppression dans le cadre de la médication, de maladies systémiques et de malnutrition. Une autre raison peut être des infections dans d’autres localisations ou des porteurs de SARM/ASM. En outre, un risque élevé d’endocardite (prothèses de valves cardiaques mécaniques, endocardite anamnestique, certaines malformations
cardiaques congénitales) nécessite une prophylaxie spécifique en cas d’interventions sur les muqueuses et d’interventions sur des découvertes de peau contaminée.

 

Sources:

Barbieri JS et al: Use of Antibiotics for Dermatologic Procedures From 2008 to 2016. JAMA Dermatology 2019;155:465-470; Liu X et al: Risk Factors for Surgical Site Infections in Dermatological Surgery. Acta Derm Venereol 2018;98:246-250; Saleh K et al: Surgical site infections in dermatologic surgery: etiology, pathogenesis, and current preventative measures. Dermatol Surg. 2015;41:537-49; Lammer J et al: Perioperative Antibiose in der Dermatochirurgie – Stand 2019. Hautarzt 2019;70:842-849.

La Société Suisse de Dermatologie et Vénérologie (SSDV)

www.derma.ch

Elaboration de cette liste

Au sein du comité et du groupe de travail «communication et stratégie» de la Société Suisse de Dermatologie et Vénéréologie (SSDV), des approches et des expériences possibles de notre pratique ont été recueillies pour l’élaboration d’une liste Top 5. Nous avons vérifié et justifié cela au moyen de la littérature médicale. Les membres de la SSDV ont ensuite été invités, via un sondage électronique, à donner leur avis et leurs commentaires. La liste finale a ensuite été examinée et approuvée par le comité de la SSDV. Cette liste Top 5 ne contient que des recommandations, dont la validité doit être vérifiée au cas par cas et régulièrement.