Infectiologie

Infectiologie

La Société Suisse d’Infectiologie recommande d’éviter les cinq interventions suivantes:

1) Prescription d’antibiotiques pour les infections légères des voies respiratoires supérieures

 

Compte tenu de la résistance accrue aux antibiotiques, ceux-ci doivent être utilisés avec prudence. De nombreuses infections des voies respiratoires supérieures étant virales, les antibiotiques sont inefficaces.

Sources:

National Institute for Health and Clinical Excellence (NIH), Center of Disease Control (CDC), the Infectious Diseases of America (IDSA)


Niveau de preuve:

Essais multiples contrôlés randomisés

2) Réalisation d’une sérologie Borrelia sans symptômes spécifiques

 

La sérologie Borrelia ne permet pas de conclure à une éventuelle activité de la maladie. Les patientes et les patients doivent être conscients des risques de surdiagnostic et de surtraitement avant de se soumettre à un test.

 

 

Sources:

Center of Disease Control (CDC), American College of Physicians, Swiss Society of Infectious Disease

 

Niveau de preuve:

Essais contrôlés randomisés Guidelines

3) Prolongation de la prophylaxie antibiotique postopératoire


Une prolongation de la prophylaxie antibiotique postopératoire ne prévient pas plus efficacement les infections chirurgicales des plaies qu’une prophylaxie périopératoire plus brève. De plus, une prophylaxie prolongée est un facteur de risque de résistance acquise aux antibiotiques.

Sources:

American Society of Health-System Pharmacists (ASHP), Infectious Diseases Society
of America (IDSA), Surgical Infection Society (SIS), Society for Healthcare Epidemiology
of America (SHEA).


Niveau de preuve:

Études de cohortes prospectives multiples, méta-analyses
4) La pose de sondes urinaires en cas de problèmes d'incontinence ou dans le seul

4) La pose de sondes urinaires en cas de problèmes d'incontinence ou dans le seul but de mesurer l'excrétion d'urine doit être évitée chez les patients qui ne sont pas gravement malades.

 

La nécessité et l’utilité des sondes urinaires devraient être régulièrement discutées avec les patients et remises en question par le personnel médical. Les institutions devraient disposer de directives concernant les indications et les stratégies pour l'interruption et le remplacement des sondes urinaires.

Sources:

Infectious Diseases Society of America (IDSA)


Niveau de preuve:

Essais contrôlés randomisés et études de cohortes prospectives

5) Pas de test pour le Clostridium difficile en l’absence de symptômes

 
Du fait de l’existence de porteurs asymptomatiques, les patients sans diarrhée ne devraient pas être testés ou traités. Les laboratoires de microbiologie devraient refuser l'examen de selles fermes.

Sources:

Infectious Diseases Society of America (IDSA), Society for Healthcare Epidemiology
of America (SHEA).


Niveau de preuve:

Essais contrôlés randomisés et études de cohortes prospectives

La Société Suisse d’Infectiologie (SSINF)

www.sginf.ch

Élaboration de la liste

Pour l’élaboration de la liste Top-5, le Comité de direction de la SSINF a sélectionné dix possibles recommandations tout en tenant compte des «Choosing Wisely Recommendations» de l’«Infectious Disease Society der American Society» (IDSA; www.choosingwisely.org). La liste des recommandations proposées comprenait, d’une part des mesures diagnostiques (prélèvements sanguins, hémocultures, analyses de selles) et, d’autre part, des mesures thérapeutiques (prescription d’antibiotiques systémiques et locaux, cathéter urinaire). Les membres de la société de discipline ont ensuite été priés d’évaluer chacune des dix recommandations à l’aide d’une échelle de 4 points (4 = extrêmement important, 3 = très important, 2 = moins important, 1 = pas important). Parmi ces 10 recommandations, les 5 recommandations les mieux cotés ont ensuite été retenues. L'utilisation prudente des antibiotiques semble être l'une des principales préoccupations.